Les poux

Les poux, lorsque l’on accueille des enfants (notamment quand ceux-ci sont scolarisés), il est difficile d’éviter ces petites bêtes qui grattent…

Qu’est-ce qu’un pou ?

Comment savoir si l’enfant à des poux ?

Comment les éliminés ?

On fait le point sur ce sujet qui démange.

Qu’est-ce qu’un pou ?

Un pou est un insecte parasite. Il mesure entre 2 et 4 millimètres, contrairement aux idées reçues, les poux ne sautent pas, mais ils se déplacent très rapidement. Un pou ne peut vivre que dans une chevelure humaine, en dehors, il ne peut survivre que 2 ou 3 jours. Un pou à une espérance de vie de 3 à 4 semaines.

Lorsqu’un pou a élu domicile dans une chevelure, il s’y tient au chaud, il peut alors se nourrir en suçant de toutes petites quantités de sang ( c’est ce qui provoque une pédiculose du cuir chevelu, c’est à dire des démangeaisons), et s’y reproduire. Un pou se reproduit très rapidement, une femelle pond environ 5 à 6 lentes (œufs du pou) par jour. Une chevelure peut contenir jusqu’à 20 poux adultes. Autant dire qu’une invasion est extrêmement rapide !!!

Les poux s’installent sur toutes les têtes, propres, sales, jeunes, ou vieux, ils ne font pas de distinctions.

Comment attrape-t-on des poux ?

Le mode de transmission se fait par contact, le pou ne saute pas, il passe d’une tête a l’autre. Il peut le faire par contact direct d’une chevelure à l’autre, mais également par le biais, d’un vêtement, d’une brosse, une serviette, un doudou, etc. Ce qui explique pourquoi les poux prolifèrent si facilement dans les collectivités, et notamment chez les enfants.

Comment savoir si un enfant à des poux ?

Le premier signe d’une contamination, c’est bien évidemment les démangeaisons. Elles sont souvent localisées au niveau de la nuque et derrière les oreilles.

Si l’enfant se gratte fréquemment la tête, il faut alors examiner ses cheveux.

Pour faire un bon examen munissez- vous d’une bonne lumière, d’un peigne à poux et de beaucoup de patience.

Si vous trouvez des poux ou des lentes, il faudra alors vérifier la chevelure de la famille. Il faudra traiter les membres porteurs de poux, mais également le logement, la voiture, le linge et autre.

L’éradication des poux est fastidieuse et demande beaucoup de vigilance.

Comment venir à bout des poux ?

Pour venir à bout des poux, il faut beaucoup de patience, de la rigueur, et faire le grand ménage.

D’abord traiter les personnes porteuses.

Pour traiter la chevelure, il vous faudra un peigne à poux, et selon le mode de traitement un ou plusieurs shampooing ou application. Dans tous les cas il faut contrôler régulièrement la chevelure pour savoir si le traitement a été efficace, et éviter ainsi une nouvelle infestation.

-Les peignes à poux sont les principaux alliés dans votre lutte contre les poux. C’est l’outil à ne pas négliger, choisissez un peigne de bonne qualité avec des dents très très serrées. Plus les dents sont serrées plus il vous sera évident de retirer les poux, et les lentes.

-Les traitements à base de shampooings insecticides. Ce sont les traitements classiques, ils sont vendus en pharmacie. Tous ne sont pas efficaces, car les poux y ont développé une résistance. De surcroit, les insecticides sont des produits dangereux, il faut les utiliser avec précaution et lire attentivement la notice avant usage.

-Les traitements à base d’huile ( huile de coco ou huile d’olive). Ces traitements sont naturels et peuvent être utilisés sans danger. L’huile prive les poux et les lentes d’oxygène, ils meurent donc asphyxiés. Ces traitements demandent une pause assez longue sur la chevelure.

-Les huiles essentielles. Attention !!! Les huiles essentielles sont des produits actifs et peuvent être dangereuses. Les huiles essentielles ne s’utilisent sur les enfants que sur recommandation d’un médecin et avec précautions. Sur les adultes l’utilisation d’huiles essentielles doit également être maitrisée. Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées pures sur la peau.

-De nos jours il existe des salons spécialisés dans le traitement des poux. Aspirateur à poux, peigne et autre pour venir à bout du fléau. Vu la corvée, si vous pouvez passer le relai durant ce mauvais moment ne vous en privez pas.

Que vous ayez choisi un traitement chimique ou naturel, il faudra user de patience et du peigne à poux. Il faudra alors passer le peigne mèches à mèches pour retirer les lentes mortes et vivantes. Il faut être très méticuleux et avoir une bonne lumière, notamment pour les cheveux clairs.

Penser à occuper les enfants pendant cette étape, car cela demande beaucoup de temps, de patience et le peigne à poux tire les cheveux.

Dans le cas présent la télévision peut être votre meilleur allié. Proposez-lui son émission ou son dessin animé préféré.

Traiter le logement.

Les poux ne vivent pas longtemps hors de la chevelure. Passer l’aspirateur quotidiennement dans le logement, sur le canapé, dans la voiture et sur les sièges auto. Changer la literie après le traitement capillaire, et laver le tout à 60°.

Pour le linge délicat, et les doudous, utiliser la méthode du sac poubelle. Mettez tout ce qui ne peut être lavé à 60° dans un sac poubelle bien fermé pendant au moins 3 jours, les poux se retrouveront prisonniers et mourront. Vous pourrez ensuite laver le linge délicat et les doudous à une plus basse température.

Être vigilant

Après avoir traité les personnes porteuses et le logement, il faut vérifier régulièrement la chevelure. Si une lente vivante a été oubliée, une nouvelle infestation peut arriver.

Lorsque l’école ou toute autre collectivité vous informe d’une épidémie, vérifier la tête des personnes fréquentant les lieux.

Quand consulter ?

Quand la pédiculose est virulente, il peut y avoir des lésions dues aux grattements. Le cuir chevelu peut alors présenter des lésions. Si ces lésions s’infectent, il faudra consulter un médecin.

En conclusion

-Les poux sont de sales bêtes très gênantes, mais cela reste heureusement bénin

-Les poux sont résistants, et il faut être très méticuleux pour les éradiquer

-Les poux touchent tout le monde, ce n’est ni une question d’hygiène, d’âge ou de classe sociale

-Les poux peuvent être stigmatisant, dédramatiser

-Soyez patient, et rester calme

-Avertissez votre entourage, oui avoir des poux c’est mal vu, mais ça arrive à tout le monde, et ce n’est pas grave. Mieux vaut avertir que de propager l’épidémie.

Les poux, lorsque l’on accueille des enfants (notamment quand ceux-ci sont scolarisés), il est difficile d’éviter ces petites bêtes qui grattent…

Qu’est-ce qu’un pou ?

Comment savoir si l’enfant à des poux ?

Comment les éliminés ?

On fait le point sur ce sujet qui démange.

Qu’est-ce qu’un pou ?

Un pou est un insecte parasite. Il mesure entre 2 et 4 millimètres, contrairement aux idées reçues, les poux ne sautent pas, mais ils se déplacent très rapidement. Un pou ne peut vivre que dans une chevelure humaine, en dehors, il ne peut survivre que 2 ou 3 jours. Un pou à une espérance de vie de 3 à 4 semaines.

Lorsqu’un pou a élu domicile dans une chevelure, il s’y tient au chaud, il peut alors se nourrir en suçant de toutes petites quantités de sang ( c’est ce qui provoque une pédiculose du cuir chevelu, c’est à dire des démangeaisons), et s’y reproduire. Un pou se reproduit très rapidement, une femelle pond environ 5 à 6 lentes (œufs du pou) par jour. Une chevelure peut contenir jusqu’à 20 poux adultes. Autant dire qu’une invasion est extrêmement rapide !!!

Les poux s’installent sur toutes les têtes, propres, sales, jeunes, ou vieux, ils ne font pas de distinctions.

Comment attrape-t-on des poux ?

Le mode de transmission se fait par contact, le pou ne saute pas, il passe d’une tête a l’autre. Il peut le faire par contact direct d’une chevelure à l’autre, mais également par le biais, d’un vêtement, d’une brosse, une serviette, un doudou, etc. Ce qui explique pourquoi les poux prolifèrent si facilement dans les collectivités, et notamment chez les enfants.

Comment savoir si un enfant à des poux ?

Le premier signe d’une contamination, c’est bien évidemment les démangeaisons. Elles sont souvent localisées au niveau de la nuque et derrière les oreilles.

Si l’enfant se gratte fréquemment la tête, il faut alors examiner ses cheveux.

Pour faire un bon examen munissez- vous d’une bonne lumière, d’un peigne à poux et de beaucoup de patience.

Si vous trouvez des poux ou des lentes, il faudra alors vérifier la chevelure de la famille. Il faudra traiter les membres porteurs de poux, mais également le logement, la voiture, le linge et autre.

L’éradication des poux est fastidieuse et demande beaucoup de vigilance.

Comment venir à bout des poux ?

Pour venir à bout des poux, il faut beaucoup de patience, de la rigueur, et faire le grand ménage.

D’abord traiter les personnes porteuses.

Pour traiter la chevelure, il vous faudra un peigne à poux, et selon le mode de traitement un ou plusieurs shampooing ou application. Dans tous les cas il faut contrôler régulièrement la chevelure pour savoir si le traitement a été efficace, et éviter ainsi une nouvelle infestation.

-Les peignes à poux sont les principaux alliés dans votre lutte contre les poux. C’est l’outil à ne pas négliger, choisissez un peigne de bonne qualité avec des dents très très serrées. Plus les dents sont serrées plus il vous sera évident de retirer les poux, et les lentes.

-Les traitements à base de shampooings insecticides. Ce sont les traitements classiques, ils sont vendus en pharmacie. Tous ne sont pas efficaces, car les poux y ont développé une résistance. De surcroit, les insecticides sont des produits dangereux, il faut les utiliser avec précaution et lire attentivement la notice avant usage.

-Les traitements à base d’huile ( huile de coco ou huile d’olive). Ces traitements sont naturels et peuvent être utilisés sans danger. L’huile prive les poux et les lentes d’oxygène, ils meurent donc asphyxiés. Ces traitements demandent une pause assez longue sur la chevelure.

-Les huiles essentielles. Attention !!! Les huiles essentielles sont des produits actifs et peuvent être dangereuses. Les huiles essentielles ne s’utilisent sur les enfants que sur recommandation d’un médecin et avec précautions. Sur les adultes l’utilisation d’huiles essentielles doit également être maitrisée. Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées pures sur la peau.

-De nos jours il existe des salons spécialisés dans le traitement des poux. Aspirateur à poux, peigne et autre pour venir à bout du fléau. Vu la corvée, si vous pouvez passer le relai durant ce mauvais moment ne vous en privez pas.

Que vous ayez choisi un traitement chimique ou naturel, il faudra user de patience et du peigne à poux. Il faudra alors passer le peigne mèches à mèches pour retirer les lentes mortes et vivantes. Il faut être très méticuleux et avoir une bonne lumière, notamment pour les cheveux clairs.

Penser à occuper les enfants pendant cette étape, car cela demande beaucoup de temps, de patience et le peigne à poux tire les cheveux.

Dans le cas présent la télévision peut être votre meilleur allié. Proposez-lui son émission ou son dessin animé préféré.

Traiter le logement.

Les poux ne vivent pas longtemps hors de la chevelure. Passer l’aspirateur quotidiennement dans le logement, sur le canapé, dans la voiture et sur les sièges auto. Changer la literie après le traitement capillaire, et laver le tout à 60°.

Pour le linge délicat, et les doudous, utiliser la méthode du sac poubelle. Mettez tout ce qui ne peut être lavé à 60° dans un sac poubelle bien fermé pendant au moins 3 jours, les poux se retrouveront prisonniers et mourront. Vous pourrez ensuite laver le linge délicat et les doudous à une plus basse température.

Être vigilant

Après avoir traité les personnes porteuses et le logement, il faut vérifier régulièrement la chevelure. Si une lente vivante a été oubliée, une nouvelle infestation peut arriver.

Lorsque l’école ou toute autre collectivité vous informe d’une épidémie, vérifier la tête des personnes fréquentant les lieux.

Quand consulter ?

Quand la pédiculose est virulente, il peut y avoir des lésions dues aux grattements. Le cuir chevelu peut alors présenter des lésions. Si ces lésions s’infectent, il faudra consulter un médecin.

En conclusion

-Les poux sont de sales bêtes très gênantes, mais cela reste heureusement bénin

-Les poux sont résistants, et il faut être très méticuleux pour les éradiquer

-Les poux touchent tout le monde, ce n’est ni une question d’hygiène, d’âge ou de classe sociale

-Les poux peuvent être stigmatisant, dédramatiser

-Soyez patient, et rester calme

-Avertissez votre entourage, oui avoir des poux c’est mal vu, mais ça arrive à tout le monde, et ce n’est pas grave. Mieux vaut avertir que de propager l’épidémie.

Le liniment oléo-calcaire

Le liniment est un produit bien connu par les parents. C’est d’abord le soin des bébés, mais c’est également un soin pour les grands.

Je vous propose de voir les différents usages du liniment, et bien évidemment la recette hyper simple de ce must have.

Vous ne pouvez utiliser un liniment maison pour les enfants que vous accueillez. Pour votre accueil le liniment doit provenir du commerce afin d’éviter tous problèmes. Mais pour vous et vos enfants c’est tous a fait possible.

À quoi sert le liniment ?

Le liniment est un soin, il nettoie et purifie la peau. Ce soin est utilisé plus spécifiquement pour les bébés bien pratique pour le change, car le mélange oléo-calcaire élimine l’acidité de l’urine.

Il est de plus en plus utilisé en milieu hospitalier dans le soin sur des brulures légères de types premier et second degrés, jusqu’aux cloques pas plus. Du coup parfait pour les coups de soleil.

Il peut aussi remplacer votre lait démaquillant.

Vous pouvez aussi vous en servir comme nettoyant pour le cuir.

Magique ce liniment.

Un mélange oléo-calcaire qu’est-ce que c’est ?

C’est un mélange constitué à parts égales d’huile végétale et de calcium ou hydroxyde de calcium. Ici d’huile d’olive et d’eau de chaux. Ce mélange est composé de deux phases, c’est pourquoi il peut se séparer au repos. Il est donc important de le secouer avant usage, pour mélanger les deux phases, et éviter ainsi les brulures. L’eau de chaux à un pH de 12,5 et peu donc causé des brulures de la peau, mais aussi des yeux.

Si vous souhaitez faire votre liniment pour votre usage personnel, je vous invite à venir sur mon autre blog, et ainsi à découvrir une autre de mes passion!!!

La baignade avec les enfants

bébé piscine

Avec la chaleur, la baignade est un moment de plaisir. Pour que la baignade se passe en toute sécurité, et soit pleine de découvertes, certains points sont à respecter. À quel âge peut-on installer les enfants dans une piscine, quelle est la durée moyenne d’une baignade? On fait le point.

À partir de quel âge peut-on baigner les bébés dans une piscine ?

La baignade dans une piscine traitée ou dans la mer peut se pratiquer vers l’âge de 4 mois. La baignade sera alors rapide et dans une eau aux alentours de 32° minimum. Jusqu’à l’âge d’un an, le temps de baignade doit être inférieur à 30 min. Les jeunes enfants ayant du mal à réguler leur température corporelle, un temps de baignade long dans une eau à moins de 37° peut rapidement amener à un refroidissement.

Pour les enfants au-delà d’un an, le temps de baignade peut être prolongé et la température de l’eau peut être plus froide. Il faut néanmoins rester vigilant quand au refroidissement.

Les signes d’un refroidissement :

Généralement, on remarque très vite si un enfant a froid. Il tremble, ses lèvres sont violettes ou bleues, sa peau est froide et marbrée, il peut aussi claquer des dents, etc.

Il faut alors sortir l’enfant de l’eau, retirer ses vêtements mouillés, et le sécher. Si l’enfant à de mal à se réchauffer, habiller le.

À quels horaires peut-on baigner les enfants ?

Si le lieu de baignade est en plein soleil, il faut bien évidemment éviter les heures les plus chaudes, c’est à dire de 11H à 16H.

L’idée autre fois très répandue d’attendre le fin de la digestion, ou 3 heures avant une baignade, n’est plus de rigueur. Il est même conseillé de nourrir légèrement les enfants avant une baignade.

La sécurité pendant la baignade

Quel que soit l’âge de l’enfant, la baignade s’effectue toujours sous la surveillance d’un adulte. Et avec des dispositifs de sécurité adaptés.

Les bouées et les brassards sont des dispositifs de sécurité, ils restent pourtant peu fiables. L’enfant peut se retourner,se retrouver la tête dans l’eau, les dispositifs peuvent se dégonfler. Les dispositifs présentant le plus de sécurité sont les Puddle Jumper, et les maillots flotteurs. Ces dispositifs doivent être mis à l’enfant dès que celui-ci est au bord de l’eau.

puddle jumper

Les Puddle Jumper sont des dispositifs très sécurisants. Ils sont conçus pour les enfants à partir de 2 ans. L’enfant ne peut l’enlever seul, la sangle d’attache se situant dans son dos. Pas besoin de les gonflés, et donc pas de risque de crevaison ou de dégonflage. Il existe plein de modèles avec des décors et couleurs variées.

Voir les Puddle Jumper sur Amazon

maillot flotteur

Les maillots de bain avec flotteur sont très appréciés des parents comme des enfants. Ils ont l’avantage d’être 2 en 1 ! Ces maillots sont adaptés aux enfants d’un an. Pour les enfants plus grands apprenant à nager, ils sont parfaits, vous pouvez enlever des flotteurs au fur et à mesure des progrès de l’enfant.

Voir Splash About Combinaison sur Amazon

chaussures anti dérapante

Les chaussures antidérapantes sont parfaites pour éviter de glisser lorsque l’enfant est au bord de la piscine, c’est un risque de chute et d’accident en moins !

Les chaussures anti dérapantes, permettent de limiter les risques de chutes, mais aussi les blessures, et brulures sur le sable chaud.

voir les Chaussures de plage et piscine Cressi sur Amazon

lunettes de soleil

Dans l’eau le soleil se réverbère beaucoup, il est donc important de se protéger. Lunettes de soleil et crème sont obligatoires.

Voir les lunettes de soleil Kiddus sur Amazon

La protection solaire doit être renouvelée régulièrement afin d’éviter les coups de soleil, même si elle est résistante à l’eau.

Après la baignade

Lorsque l’enfant sort de l’eau, retirez ses vêtements mouillés et séchez-le. Il est également important de rincer ou de laver l’enfant, l’eau des piscines est traitée avec des produits chimiques qui peuvent irriter la peau. L’eau de mer ou l’eau des rivières peuvent présenter des bactéries, ou des microbes.

Le soleil et les bébés

On le sait le soleil est un allié, mais aussi un ennemi. C’est encore plus vrai pour les bébés dont la peau n’est pas mature. Entre coup de soleil, insolation et déshydratation, faisons le point sur l’exposition au soleil et les protections indispensables, pour profiter de ses vertus.

Les vertus du soleil

Le soleil est indispensable à la vie. Au-delà d’avoir un impact positif pour notre moral, le soleil nous permet d’être en bonne santé. Pour l’être humain, le soleil est une source de croissance. En effet il est nécessaire à notre organisme pour synthétiser la fameuse vitamine D, et de récentes recherches ont aussi démontré son rôle au niveau du système immunitaire.

La vitamine D est indispensable, elle permet le développement des os et des dents, elle prévient également du rachitisme. Cette vitamine est fabriquée par notre peau. Sous l’action des UV, les cellules de la peau produisent de la vitamine D, qui est alors utilisée par notre organisme.

Sous nos latitudes, le soleil estival permet de combler 95 % des besoins en vitamine D, en hiver avec l’ensoleillement décroissant, la vitamine D doit être supplémentée principalement par l’alimentation.

La différence de pigmentation de la peau joue sur la synthétisation de la vitamine D.

Les peaux foncées ont plus de mal à synthétiser de la vitamine D, ce qui peut paraitre paradoxale. Pourtant, leur peau étant une protection naturelle contre les UV, elles ont besoin d’une exposition plus longue pour fabriquer assez de vitamine D.

Pour un bébé à la peau blanche, 10 min de soleil suffisent à synthétiser la dose de vitamine D journalière.

Les dangers du soleil

Le soleil est dangereux si on s’y expose longtemps, à des horaires inadaptés, et sans protections.

Tout le monde connait les effets néfastes d’une exposition prolongée au soleil, coups de soleil, déshydratation, et autres. Ces effets sont des effets à court terme.

Un coup de soleil est une brulure plus ou moins forte due à une exposition trop longue as soleil. Cette brulure des couches superficielles de la peau peut être extrêmement douloureuse, de la simple rougeur aux cloques, il ne faut pourtant pas la prendre à la légère. Car même si un coup de soleil se soigne assez facilement, cette surexposition favorise les cancers de peaux.

La déshydratation est due à un manque d’eau et de sels minéraux dans le corps. Les bébés ont tendance à se déshydrater plus vite que les adultes, car leur peau n’est pas mature et ne se régule pas. Ils transpirent beaucoup et sont donc plus vulnérables.

L’insolation, elle provoque plusieurs symptômes, température élevée, déshydratation, Maux de tête, fatigue, nausées, vomissements, rougeurs, respiration rapide, rythme cardiaque élevé, difficultés à parler, somnolence, étourdissements, bourdonnements dans les oreilles, crampes, évanouissement, convulsions, et dans certain cas un coma.

Les yeux sont eux aussi à protéger, les soleils peuvent facilement les endommager. Le cristallin d’un enfant est plus clair que celui d’un adulte. Alors qu’une partie des UV est absorbée par la cornée et le cristallin d’un œil adulte, ils pénètrent jusqu’à la rétine des yeux des enfants. Ils peuvent alors causer des dommages, photo conjonctivite, cancer de la cornée, cataracte…

Il est donc important de se protéger.

Les protections

Dans tous les cas, on évite la lumière directe du soleil sur les bébés, même à l’ombre il y a assez d’UV pour profiter des vertus du soleil.

Avant de se protéger, il est important de savoir à quels moments profiter du soleil, certains horaires sont à bannir. Pas d’exposition des tout petits ni des plus grands entre 11h et 16h, le soleil est alors au zénith. La protection solaire s’utilise aussi à l’ombre ou par temps nuageux !! Les UV passent partout !!

La crème solaire :

La crème solaire doit être appliquée sur la peau de bébé avant chaque sortie. Pour rappel, il est obligatoire d’avoir une ordonnance, pour la crème solaire. La peau de bébé étant très fragile, et sensible, l’indice doit être de 50.

Pour ma part, je privilégie, les crèmes solaire biologiques, car leur composition comporte moins de produits chimiques susceptibles de traverser la peau perméable des petits.

crème solaire WELEDA

La crème solaire WELEDA est à base d’ingrédients naturels, sans parfum, elle est résistante à l’eau. Elle est constituée de filtres minéraux, et garantie sans filtres physiques, ni nanoparticules. Elle respecte parfaitement la peau de bébé.

Voir la crème solaire WELEDA sur Amazon

Les lunettes de soleil:

Les lunettes de soleil sont les seules protections pour les yeux. Choisissez-les avec soin. Avant d’acheter des lunettes pour bébé, il faut vérifier qu’elles sont bien marquées « CE », cette norme est une garantie. Il doit aussi figurer la mention « protection UV normalisée » pour les UVA et UVB. Soyez également attentif à l’indice de protection, le minimum étant de 3, l’idéal de 4.
L’entretien est tout aussi important, des verres rayés ne protègent plus efficacement.
Choisissez des montures couvrantes, et adaptées à la morphologie de bébé. Pour cela, choisissez la bonne taille afin que les rayons du soleil ne puissent passer sur les côtés.

Voir les lunettes de soleil KIDDUS sur Amazon

Les chapeaux:

Les chapeaux et casquettes sont indispensables dès que le soleil pointe son nez. Il n’est pas toujours évident de les faire porter aux petits qui passent souvent leur temps à les enlever et les jeter au sol…La solution: le lien qui permet de serrer le chapeau !! J’ai une préférence pour les casquettes qui proposent des protections UPF 50, et qui couvrent la nuque.

Voir les casquettes KIDDUS sur Amazon

Les vêtements avec protection solaire:

Si vous emmenez les petits en baignade, les vêtements avec une protection solaire sont idéal. Ils vous évite de devoir remettre fréquemment de la crème solaire, contrairement aux vêtements en coton, ils sèchent rapidement. De nos jours, le choix est très variés, combinaison maillot de bain pour les bébé, t-shirt, short, il y en a pour tous les gouts!

combinaison anti UV

Les combinaisons, elles sont parfaites pour les bébés. En lycra hyper confortable qui assure un séchage rapide. Ces combinaisons bloquent 98 % des UVA ET B. Le plus pour la plage : aucun grain de sable dans les fibres !!

Voir les combinaisons fedjoa sur Amazon

En conclusion:

  • Pour profiter du soleil et passer un été en toute quiétude, Soyer vigilant.
  • Sortez aux heures les moins chaudes, et choisissez des lieux ombragés.
  • N’oubliez pas le chapeau, les lunettes, et la crème solaire.
  • Pensez à donner fréquemment de l’eau à boire aux enfants.

La vaccination

vaccin

Depuis janvier 2018, les obligations vaccinales ont évolué, passant de 3 vaccins obligatoires à 11 pour tous les enfants nés en 2018. Avec ce changement d’obligation vaccinale, a suivi au mois de juin 2018 l’obligation pour les assistantes maternelles de veiller à la vaccination des enfants accueillis.

Les obligations vaccinales

Tous les enfants nés en 2018 ont une obligation vaccinale de 11 vaccins. Ils sont obligatoires.

Ce sont les vaccins contre : la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole en plus du tétanos, de la diphtérie et de la poliomyélite.

Le calendrier vaccinal.

La vaccination répond à un calendrier précis. Vous devez le connaitre et vous y référer.

Les seuls cas donnant droit à une contrindication sont une allergie connue à un des composants. En cas d’une réaction grave après une précédente injection. Une immunodépression.

La responsabilité des assistantes maternelles quant à l’obligation vaccinale

Depuis le mois de juin 2018, il est demandé aux assistantes maternelles de veiller au respect des obligations vaccinales pour les enfants accueillis.

Pour ce faire il vous est demandé de fournir à votre contrat une copie de page des vaccinations du carnet de santé de l’enfant, ou un certificat médical attestant que l’enfant est à jour de ces vaccins. Ces obligations peuvent être vérifiées par la PMI.

Si les vaccins des enfants accueillis ne sont pas à jour, vous devez demander aux parents de faire le nécessaire afin de répondre à ses obligations.

Si les parents ne souhaitent pas faire vacciner leurs enfants ?

En cas de refus de vaccination de la part des parents, plusieurs options s’offrent à vous 

-S’il y a un retard du calendrier vaccinal, vous devez en informer les parents qui auront alors 3 mois pour régulariser la situation.

-Si vous avez connaissance du refus vaccinal avant l’accueil, vous devez signaler aux parents que vous avez vous aussi des obligations concernant l’accueil. En effet, si vous acceptez d’accueillir un enfant non vacciner, et que vous n’avez pas informer les parents de l’obligation de faire vacciner leur enfant dans les 3 mois suivant le début de l’accueil. Vous pouvez avoir un retrait d’agrément.

-Si les parents refusent la vaccination, vous ne pouvez accueillir l’enfant.

-Vous devez informer la PMI, en cas de retard, ou de refus vaccinal d’un enfant, la PMI contactera alors les parents afin de les informer et de régulariser la situation.

Comment agir lors d’une non-régularisation ou d’un refus ?

Si le problème se pose avant la contractualisation, en cas de refus, refuser de contractualiser, en cas de retard et après le délai de 3 mois, vous pouvez rompre le contrat. Pour ce faire vous devez v-faire une prise d’acte. Une prise d’acte est une faute émanant de votre employeur. Vous devez alors adresser un courrier recommandé aux parents employeurs justifiant la prise d’acte. Cette prise d’acte met automatiquement fin au contrat, sans préavis. S’en suit obligatoirement une assignation aux prud’hommes.

Vous pouvez également démissionner. Lors d’une démission, vous ne pouvez prétendre à une indemnisation de la part de pôles emploi. Il vous faudra alors attendre 3 mois pour demander une révision de vos droits.

Vos obligations vaccinales

Les obligations concernent les enfants accueillis, mais aussi l’assistante maternelle et sa famille.

Vous devez vous aussi répondre à des obligations vaccinales.

Depuis juin 2019 le BCG n’est plus obligatoire. Pour vous sont recommandés DT Polio, Hépatite B coqueluche ROR le vaccin contre l’hépatite A. Vos enfants aussi doivent répondre aux obligations vaccinales. La PMI peut contrôler vos vaccins.

Reflux gastro-oesophagien, régurgitations et vomissements quelles différences?

bébé biberon
bébé biberon

Lorsque l’on accueille des nourrissons, nous sommes souvent confrontés aux troubles de la digestion, qu’ils soient bénins, ou nécessitant une attention particulière. Ces maux peuvent être une source d’inquiétude pour les parents, mais aussi pour les professionnels. Afin de savoir si il est nécessaire de consulter un médecin, je vous propose de faire le point sur les différentes causes de ces renvois.

Quelles différences entre les régurgitations, le reflux gastro-oesophagien, et les vomissements ?

Tous les 3 sont des renvois du contenu gastrique, pourtant, ils n’ont pas les mêmes causes ni les mêmes manifestations.

Les régurgitations :

Les régurgitations sont des renvois de lait. Elles sont causées par l’immaturité d’un petit clapet situé en haut de l’oesophage empêchant la remontée du contenu de l’estomac. Ces renvois se manifestent après la tétée, mais parfois aussi à distance. Ils ne sont pas douloureux pour l’enfant même s’ils peuvent être impressionnants.

Les régurgitations sont plus fréquentes dans les 6 premiers mois de vie, et chez l’enfant nourri au biberon. En effet la vitesse d’alimentation, ainsi que l’air ingurgité durant la tétée peuvent augmenter les régurgitations.

Afin de les limiter, vérifier le débit des tétines afin d’avoir une tétée pas trop rapide. Certaine marque propose des biberons anti régurgitations, ils sont très bien adaptés. Vous pouvez aussi changer de lait infantile, et choisir un lait épaissi. La position de l’enfant durant la tétée est aussi importante, une position confortable et physiologique doit être adoptée. Il est aussi important de faire faire des rots à l’enfant en fin de tétée et de le maintenir en position verticale afin de l’aider à éliminer l’air ingurgité durant la tétée.

La plupart du temps, les régurgitations diminuent progressivement avec la maturation du système digestif, et avec l’introduction de l’alimentation solide. Elles peuvent néanmoins persister au-delà des 6 mois sans être pathologiques.

Le reflux gastro-oesophagien, ou RGO:

Le reflux gastro-oesophagien est une affection le plus souvent bénigne. Elle se traduit par la remontée du contenu gastrique dans l’oesophage et parfois des régurgitations. Lorsque ses reflux sont nombreux, l’oesophage de l’enfant est irrité par les remontées et l’acidité l’enfant ce qui peut être douloureux. L’enfant peut alors refuser de s’alimenter.

Pour limiter les reflux gastro-oesophagiens, les mesures à prendre sont les mêmes que pour les régurgitations, un biberon adapté, une position de nourrissage physiologique, et un lait épaissi.

Si le reflux est important, il faudra l’avis d’un médecin, car bien que bénigne, si l’enfant refuse de s’alimenter, le médecin pourra alors vous orienter vers un ostéopathe, ou prescrire une médication.

Les vomissements :

Les vomissements sont des renvois du contenu gastrique partiellement digéré. Ils sont accompagnés de contractions de l’abdomen est sont parfois douloureux. Ils peuvent être liés à un trouble digestif passager, une infection, mais aussi à une pathologie.

Les pathologies les plus fréquentes et nécessitant une prise en charge médicale sont la sténose du pylore et la hernie hiatale.

La sténose du pylore elle intervient dans les 20 premiers jours de vie, elle est causée par l’épaississement du pylore et nécessite une intervention chirurgicale.

La hernie hiatale est souvent associée au reflux oesophagien, si elle est de petit volume elle ne nécessite pas d’intervention un traitement du RGO suffi. En revanche si le volume est important, le traitement est chirurgical. 

Les soins du siège

couche bébé

Le siège des bébés est une zone fragile, le port des couches peut entrainer divers maux, de l’érythème en passant par la dermite, je vous propose de faire le point sur les soins à apporter.

Comme pour chaque médication les pâtes à l’eau et crème pour le change doivent être accompagnées d’une ordonnance.

Petit rappel sur le change :

Le change de l’enfant est un moment de soin, mais aussi de confort. Le change s’effectue au besoin, après chaque selle, mais aussi si l’enfant a uriné. Le nettoyage du siège est pratiqué avec l’eau et au savon, le séchage doit être minutieux et fait sans frotter la peau, mais en tapotant. Le change doit être très fréquent en cas de soucis en ce qui concerne le siège.

Le choix des couches :

L’enfant passe les premières années de sa vie avec des couches, autant bien les choisir. Il y a beaucoup de couches, avec de nombreuses matières et composants. La couche de l’enfant est en contact direct avec sa peau, de surcroit, l’humidité et les réactions entre l’urine et les composants des couches peuvent provoquer des réactions allergiques.

Les couches lavables sont parfaites, mais elles demandent du temps et de l’entretien pour ne pas devenir des nids à bactéries. Pour des couches jetables, privilégiez des couches contenant le moins de substances chimiques et un maximum de matériaux naturel.

En cas d’érythème il existe des couches en coton, les cotocouches qui sont anallergiques, et anti-irritation.

Le choix du savon :

Pour laver le siège de l’enfant, le savon est le produit idéal. Il est aseptisant, et nettoyant. Vous pouvez le choisir solide ou liquide avec ou sans savon à votre convenance. Comme pour chaque produit, choisissez-le avec le moins de composants chimiques, et sans parfum.

Le liniment

Aujourd’hui, le liniment est entré dans les habitudes, il est utilisé pour les soins du change.

Qu’est-ce que le liniment ?

Le liniment est une préparation à base d’eau de chaux et d’huile d’olive appeler complexe oléocalcaire. L’eau de chaux permet de neutraliser l’acidité de l’urine, et l’huile d’olive dépose un film gras protecteur sur la peau.

C’est un soin protecteur. Il peut occasionnellement se substituer à un lavage classique du siège. Il doit être utilisé sur une peau saine et sèche. Il protège la peau des érythèmes fessiers, mais ne les traites pas.

Comme tout produit, le liniment peut entrainer des réactions allergiques.

Étant constitué de deux phases une phase huileuse et une phase aqueuse, il doit être agité énergiquement avant utilisation afin de mélanger les deux composant. L’eau de chaux étant corrosive, il est important de bien mélanger l’eau de chaux à l’huile d’olive, sinon gare aux brulures.

Les crèmes dermatologiques, types « mytosil, bephantene… » :

Les pommades dermatologiques sont des préparations médicamenteuses utilisées pour les irritations. Ce sont des traitements et non des moyens préventifs. Leurs compositions ne sont pas la même, avec de l’oxyde de zinc, du dexpanthénol, et autres composants. Elles s’appliquent après la toilette sur une peau propre et sèche.

Il convient de respecter les prescriptions établies par le médecin et figurant sur l’ordonnance.

Les pâtes à l’eau :

Les pâtes à l’eau sont des préparations à base d’eau, et d’huile, puis de différent ingrédient en fonction des marques. Elles sont formulées pour prévenir et traiter les irritations légères du siège. Après avoir effectué le change et bien séché la peau, appliquer délicatement la crème.

Les pathologies de la peau

peau pathologie

La peau des bébés est fragile et immature, elle est donc plus facilement sujette aux petits soucis, mais aussi à différentes pathologies. Certaines sont soumises à éviction.

L’érythème fessier :

Les fesses de bébé sont rouges, chaudes, irritées, l’érythème fessier, ou dermite du siège peut toucher les fesses, les cuisses, ou les organes génitaux. Il peut être causé par un contact prolongé de la peau avec l’humidité de la couche, mais aussi par les détergents comme la lessive, ou les produits présents dans les couches.

L’érythème fessier n’est pas contagieux.

Même s’il est la plupart du temps bénin, il n’en reste pas moins douloureux.

Pour le soulager, et éviter sa récidive, changer la couche dès qu’elle est humide, utiliser un savon doux, sécher la peau en tamponnant. Laisser la peau à l’air dans la mesure du possible. 

Un érythème dur environ 3 ou 4 jours, s’il persiste ou s’aggrave, consulter un médecin.

Les croutes de lait :

Les croutes de lait sont dues à un excès de sébum, mais aussi parfois à un champignon. Elles se présentent sous forme de croutes constituées de cellules mortes sur le cuir chevelu. Bien qu’inesthétiques, elles sont sans gravité. Les croutes de lait ne sont pas contagieuses.

Les enfants avec beaucoup de cheveux ont tendance à avoir plus de croute de lait. Pour les prévenir, éviter de laver trop fréquemment la tête de votre enfant, sécher bien le cuir chevelu, et brosser doucement les cheveux avec une brosse à poils doux.

Si les croutes de lait sont de plus en plus nombreuses, consulter votre médecin. 

L’exéma :

L’exéma ou dermatite est une affection bénigne. Souvent héréditaire, l’exéma évolue par poussée. Certains aliments peuvent déclencher une crise d’exéma.

L’exéma se caractérise par une peau sèche, irritable et rouge. Se forment ensuite de petites cloques, puis des croutes. L’exéma démange beaucoup ce qui pousse l’enfant à se gratter et aggrave son état. La peau ne peut pas effectuer son rôle protecteur, l’enfant est donc plus facilement sujet aux infections.

L’exéma n’est pas contagieux.

L’exéma disparait le plus souvent vers 5 ou 6 ans.

Si votre enfant est sujet à des crises d’exéma, une consultation chez un médecin ou un dermatologue est nécessaire. 

L’urticaire :

L’urticaire est une éruption cutanée, il se présente sont forme de plaques rouges, ou de papules. Il peut être dû à un virus, une bactérie, ou une allergie. L’urticaire n’est pas contagieuse, les éruptions disparaissent d’elles même assez rapidement. 

L’urticaire en crise occasionnelle ne nécessite pas de consultation, en revanche si les crises sont fréquentes, il est important de consulter un médecin.

L’impétigo :

L’impétigo est une éruption cutanée causée par une bactérie, il est contagieux.

Il existe deux formes d’impétigo : crouteux, ou bulleux.

-L’impétigo crouteux apparait autour des orifices, et peut s’étendre rapidement. Il se présente sous la forme de versicules qui se transforment en pustules suppurantes. Elles forment une croute jaune au contour inflammatoire.

-L’impétigo bulleux se forme des bulles molles et transparentes, qui éclatent sous 2 ou 3 jours.

L’impétigo nécessite un traitement, il faut impérativement consulter un médecin. De plus l’impétigo est soumis à éviction des collectivités. 

La gale :

La gale ou scabiose est une affection de la peau causée par des parasites. Elle est extrêmement contagieuse. Cette affection bénigne a une incubation longue.

La gale provoque de très fortes démangeaisons. Il est impératif de consulter un médecin et de prendre de nombreuse précaution d’hygiène pour éviter l’affection est réaffections. 

Les molluscums :

Les molluscums sont de petites surélévations de la peau, de couleur claire et ferme. Elles sont nombreuses, est se situes surtout sur les coudes, genoux et aisselles.

Les molluscums sont d’origine virale.

Cette affection contagieuse nécessite une consultation chez un médecin.

Les verrues :

Les verrues ont des aspect et localisation divers. Elles peuvent durer de quelques jours à plusieurs mois. Fréquemment liées à un virus, elles peuvent être contagieuses. 

Vous pouvez consulter un médecin.

Cette liste de pathologies est non exhaustive, il existe de nombreuses pathologies de la peau. 

L’acquisition de la propreté

couches

L’acquisition de la propreté fait partie du développement de l’enfant, ce n’est pas un apprentissage. Pour que cette acquisition puisse avoir lieu, il est nécessaire que la maturité neurologique et que le développement moteur de l’enfant soit suffisant. Cette acquisition naturelle s’opère aux alentours de 2 ans 1/2, 3 ans.

Quels sont les prérequis :

-Le développement neuromusculaire : l’enfant doit maitriser le contrôle conscient et volontaire de ses sphincters. Tant qu’un enfant ne marche pas seul, et n’est pas dans la capacité de monter seul un escalier, il ne maitrise pas complètement ses membres inférieurs, y compris ces sphincters. Il doit aussi pouvoir sentir ses besoins internes.

-Le développement intellectuel, et psychique : l’enfant doit pouvoir comprendre ses besoins, et pouvoir les analyser, pour savoir à quel moment et dans quel lieu il doit se rendre. Il doit aussi comprendre son corps, que celui-ci « se remplit », mais surtout qu’il « se vide », sans qu’il ne perde son intégrité et son unicité. À cette période, l’enfant aime particulièrement les jeux de transvasement, qui lui permettent de comprendre ses notions.

-Le développement affectif et émotionnel : l’enfant doit être prêt, il doit avoir envie de faire cette acquisition qui est un pas de plus dans le fait de grandir. Il doit aussi se sentir prêt à se déposséder et à se séparer des choses, souvent l’enfant commence à prêter ses jouets.

Comme pour tous les développements, chaque enfant évolue à son rythme, c’est lui qui sentira le moment auquel il sera prêt pour cette acquisition. Écoutez votre enfant et respecter ces étapes de développement, le contraindre ou le forcer dans l’acquisition de la propreté, risquerais de le traumatiser et/ou de retarder son acquisition naturelle.

Quel est le bon moment :

Que vous désiriez que votre enfant « soit propre », car il doit faire son entrée à l’école, lui importe peu. Cette pression supplémentaire de votre part pourrait freiner voir bloquer l’acquisition naturelle de la propreté. Le bon moment c’est quand l’enfant le décide.
Certaines saisons sont néanmoins plus propices, la majorité des enfants font cette acquisition au printemps ou en été. En effet avec la chaleur il est plus évident de retirer les couches. Il faut du temps et un bon nombre « d’accidents » avant d’arriver à une acquisition totale. L’enfant expérimente, découvre les limites de son corps, et trop occuper pour être à l’écoute de ses besoins internes, etc. L’enfant peut alors porter simplement une culotte, ce qui limitera le nettoyage des vêtements. Cela vous donnera moins de nettoyage, et permettra de moins vous agacer. Car si l’acquisition de la propreté est une étape du développement de votre enfant, elle vous demandera beaucoup de patience, de calme, et de verbalisation.
L’enfant apprend soyez calme et patient, accompagnez-le en douceur.

Les différents « apprentissages »  :

Encouragez l’enfant dans cet apprentissage sans exagérer, l’acquisition de la propreté est un acte naturel. Ne le dévalorisez pas non plus s’il a des accidents. Ces besoins ne sont ni sales ni beaux, ils sont naturels.

-Certains enfants ne sont pas à l’aise avec le pot ou les toilettes. Cela ne les empêchera pas pour autant de « devenir propre ». Ils ont besoin de faire leurs besoins dans une couche, car ils en ont l’habitude, mais aussi peut-être, car ils ne sont pas prêts au changement. Mettez votre enfant en culotte puis au bout d’un certain temps, proposez à l’enfant de faire ses besoins dans une couche, puis de la retirez lui lorsqu’il a fini. L’enfant prendra peut a peut confiance et quand il sera prêt ira aux toilettes ou sur le pot.

-Laissez l’enfant en culotte, et proposez-lui fréquemment le pot. S’il est prêt il y aura quelques accidents, mais saura vite verbaliser la demande en fonction de ses besoins.

Les différents stades :

La propreté s’acquière progressivement, certains enfants sont propre jour et nuit en même temps, certains seulement la journée. C’est parfaitement normal. La propreté nocturne peut être tardive, sans être pathologique.

-La propreté diurne avec une couche lors de la sieste. L’enfant contrôle ses sphincters pendant sa phase d’éveil, mais pas durant son sommeil. Il est donc important de proposer à l’enfant d’aller aux toilettes avant la sieste, puis de lui mettre une couche. Quand l’enfant sentira que sa couche est sèche à son réveil, il aura confiance et vous pourrez la retirer.

-La propreté nocturne. Viens souvent avec le temps, parfois 1 an ou plus avant la propreté diurne. Il ne faut surtout pas dramatiser. Beaucoup d’enfants ne sont « pas propre » la nuit avant 5 ans.

Les petits trucs qui peuvent vous aider :

Les culottes d’apprentissages lavables sont parfois bien pratiques, surtout lorsque l’on doit sortir en début d’apprentissage. Alors pour que les petits accidents, ne soient pas vécu comme un échec, pour ne pas avoir une tonne de linge à laver…, c’est un vrai plus.

Il en existe de nombreux modèles, les tailles allant souvent du 18 mois, aux 3 ans et + elles ont souvent des motifs sympas que les enfants adorent.

Voir les culottes d’apprentissage Bambino Mio sur Amazon

Les livres sont un support précieux, et la aussi il y a de quoi faire !!! N’hésitez pas à en avoir plusieurs, afin que les enfants puissent en choisir un qui leur parle, car comme pour les adultes, chacun ces sensibilités. Je vous propose une petite sélection :

livre l'art du pot

L’art du pot est un livre bien connu des professionnels, certain le trouve un peu sombre, moi je l’adore!

Voir l’art du pot sur Amazon

L’école des loisirs n’est plus à présenter,  » CA Y EST !  » est un joli livre accessible au tout petit, très répétitif, il est très ludique.

Voir « CA Y EST! » sur Amazon

« De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête » est un classique, il existe en version pop up , en petit format, en grand, etc…

Les enfant l’adorent, et les adultes aussi!!

Voir « De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête » sur Amazon

En résumer :

-Chaque enfant acquiert la propreté lorsqu’il est prêt.
-Soyez patient, calme, restez bienveillant, ne le grondez pas.
-Communiquer, verbalisez et accompagnez l’enfant.
-Ne dégouter l’enfant, ces besoins sont naturels
. Si vous décidez d’enlever les couches, soyez cohérent, on ne remet de de couche juste le weekend, ou juste chez mamie. L’enfant ne comprendrait plus rien, et risquerait de se bloquer.
-Félicitez-le, mais sans exagération.
-L’entrée à l’école ne doit pas conditionner l’apprentissage de la propreté. Un enfant peut être scolarisé même s’il n’est « pas propre ».
-Facilitez le déshabillage avec des vêtements faciles à mettre et à retirer.
-La propreté diurne s’acquiert entre 2 et 5 ans.

Les poussées dentaires

poussée dentaire

Les poussées dentaires font partie du développement de l’enfant. Elles sont parfois douloureuses et responsables de nombreux maux. Elles peuvent être un moment difficile pour l’enfant ainsi que pour son entourage.

Avant de voir une petite pointe blanche apparaitre sur la gencive, il y a de nombreux symptômes indicateurs de poussées dentaires.

C’est souvent entre 5 et 7 mois que commence les poussées dentaires, dans ce domaine non plus il n’y à pas de règles, c’est au rythme de chaque enfant. Certains enfants auront déjà des dents à 5 mois, d’autre pas avant 10 mois. Les âges indiqués sont des moyennes.

Les symptômes d’une poussée dentaire :

-L’enfant salive abondamment, et mordille tout ce qui passe à sa portée.

-Il est grognon, irritable, il pleure facilement.

-L’enfant a les joues rouges et légèrement chaudes.

-Les gencives sont gonflées, parfois les gencives ont un petit kyste d’éruption.

-L’enfant a un petit appétit, il dort moins.

-Légère température.

-Un érythème fessier.

-Des selles molles.

Les poussées dentaires fatiguent l’organisme, l’enfant est donc plus facilement sujet aux infections. C’est pourquoi les rhinites, les otites est autres infections de la sphère ORL sont fréquentes, elles ne sont pas dues aux poussées dentaires, mais à l’affaiblissement du système immunitaire.

Comment s’organise la poussée dentaire :

Les premières dents à voir le jour sont généralement les incisives inférieures, elles apparaissent entre l’âge de 6, et 12 mois. Suivent ensuite les incisives supérieures.

Entre 9 et 13 mois, les incisives latérales commencent à pousser. Puis vers 13 et 19 mois, les premières molaires. Les canines vont apparaitre entre 16, et 22 mois. Pour terminer, les deuxièmes molaires vont pousser entre 25, et 33 mois.

À 3 ans, l’enfant a ses 20 dents de lait.

Comment soulager les poussées dentaires :

L’enfant va de lui-même chercher à soulager la gêne et les douleurs liées à la poussée dentaire. Il mordille et mâchouille tout ce qui passe à sa porter. Vous pouvez donc lui proposer des anneaux de dentition, il en existe de nombreux modèles, avec des textures et des matières différentes. Les modèles en caoutchouc naturel souple pouvant être réfrigérés sont très appréciés, le froid étant un analgésique naturel. Il soulagera l’inflammation.

Lorsque les premières dents sont présentes, vérifier l’intégrité des anneaux de dentition remplie de liquide, en effet l’enfant peut avoir percé le plastique.

Vous pouvez masser la gencive de votre enfant, soit avec votre doigt, soit avec une brosse à dents, ou une compresse. Vous pouvez également mettre un gant de toilette au congélateur, facile à manipuler, l’enfant le mordra facilement.

Si la poussée est très douloureuse, consulter votre médecin qui pourra prescrire un analgésique adapté.

Prendre soin des premières dents :

Le soin des premières dents est important. Vous pouvez nettoyer les dents de l’enfant avec une compresse stérile. Puis quand l’enfant est plus grand utiliser une brosse à dent adaptée à son âge. Il n’est pas nécessaire d’utiliser de dentifrice, l’action mécanique de brossage est suffisante. Le dentifrice sera utilisé quand l’enfant sera capable de cracher, et de ne pas ingurgiter le dentifrice. Même si le dentifrice ne présente pas de danger d’ingestion, il est préférable que l’enfant apprenne à ne pas l’avaler.