Les animaux chez l’assistante maternelle

Votre foyer compte déjà un ou plusieurs animaux, ou alors, vous souhaitez acquérir un animal, sachez qu’avec votre agrément, vous êtes tenue par plusieurs obligations.

Faisons le point sur la législation.

La convention collective est claire :

« La présence d’animaux dans le lieu d’accueil
L’évaluation portant prioritairement sur les conditions d’accueil garantissant la sécurité de l’enfant, qui ne doit jamais rester seul avec un animal, il convient de prendre en compte :
1° La capacité de l’assistant maternel à comprendre les risques encourus par l’enfant et les mesures prises pour organiser une cohabitation sans danger ou isoler le ou les animaux dans un lieu à distance durant l’accueil ;
2° Les dispositions envisagées pour assurer l’information effective des parents, en cas de détention ou d’acquisition d’animaux présents durant l’accueil ;
3° La présence dans le lieu d’accueil, ou à proximité immédiate, d’animaux susceptibles d’être dangereux, notamment de chiens de la première catégorie et de la deuxième catégorie. »

« La validité des vaccinations obligatoires des animaux présents au domicile du candidat pourra être vérifiée »

Quels sont les animaux incompatibles avec un agrément

Les chiens de catégories 1 et 2, ce sont les chiens dit d’attaque, de garde ou de défense.

Les chiens de catégorie 1 :

  • Staffordshire terrier ou American Staffordshire terrier (chiens dits « pit-bulls »),  
  • Mastiff (chiens dits « boerbulls »),
  •  Tosa

Les chiens de catégorie 2 :

  • La race Rottweiler
  • Les chiens non-inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministère en charge de l’agriculture et qui peuvent être rapproché morphologiquement des chiens de la race Rottweiler.
  • À savoir  : le chien de race Staffordshire bull terrier ne fait pas partie des chiens susceptibles d’être dangereux.

Certains NAC :

Les NAC ce sont les Nouveaux Animaux de Compagnie. Sont considérer comme NAC :

  • les rongeurs : certaines races de lapin, souris, cochon d’Inde, rat, hamster, chinchilla, octodon, écureuil de Corée, gerbille, chien de prairie…
  • les carnivores : certains putois, furets…
  • les primates : saïmiris et pinceaux blancs. Attention, vous vous engagez sur 20 ans et si ce petit singe semble mignon, il peut mordre comme tout animal.
  • des reptiles de toutes sortes. certaines espèces de tortues non protégées
  • lézards : iguanes, geckos, caméléons…
  • des arthropodes : scorpions, araignées, myriapodes…
  • des insectes : phasmes…
  • des crustacés : Bernard l’ermite, Crevette naine…
  • des amphibiens : grenouilles rieuses, dendrobates, axolotls…
  • des oiseaux : perruches, perroquets, diamant, canaris, mainates, toucans…
  • les gallinacées : poules, dindons, paons, oies, canards
  • des poissons : poisson rouge, carpe koï, poissons exotiques (combattant, guppy, scalaire, discus, corydoras, killie, etc.), loche, voire des esturgeons ou piranhas…
  • des mollusques : escargots de Bourgogne, ampullaire, etc.

Il est évident que certains NAC ne posent pas de problème, bubulle votre poisson rouge est apriori inoffensif. Mais si vous possédez des reptiles, des arthropodes, ou autre animal potentiellement dangereux, cela est incompatible avec un agrément.

Votre animal doit être déclaré auprès de la PMI

Si vous aviez déjà un animal avant de votre demande

Lorsque vous avez fait votre demande d’agrément, votre puéricultrice à vue l’animal, et vous a demandé quelles mesures vous comptiez mettre en place. Elle put également vous demander d’isoler l’animal pendant l’accueil des enfants. Soit dans une pièce fermée, dans le garage, ou autre. Si c’est un petit animal, il peut vous être demandé de mettre sa cage hors de portée et hors de vue des enfants.

Si vous accueillez un animal après votre agrément

Vous pouvez prévenir votre puéricultrice de pmi de votre envie d’avoir des animaux, elle pourra alors voir avec vous l’organisation que vous comptez avoir, et également vous parler des aménagements qu’il vous faudra effectuer.

Si vous avez eu un coup de cœur, et que l’animal est déjà là, il vous faudra prévenir le plus rapidement possible votre puéricultrice.

 Selon le cas :

  • Un simple coup de téléphone pour lui expliquer l’arrivée de l’animal, et l’organisation que vous comptez avoir.
  • Soit une visite à votre domicile, afin de vérifier si tout est correct, et compatible avec votre accueil.
  • Prévenir les parents

Certains parents seront absolument ravis que leurs enfants soient en contact avec des animaux. Certains auront des craintes, d’autres, peurs de certains animaux. Les peurs et craintes sont personnelles, et souvent profondes, rien ne sert d’essayer de les convaincre…

  • Si vous avez un animal, précisez-le aux parents dès le 1er contact. Il est important que la présence de l’animal soit inscrite au contrat.
  • Si vous avez l’intention d’adopter un animal, informez-en les parents. Cela peut ne pas leur convenir. S’ils sont en accord avec la présence de l’animal, faites un avenant à votre contrat.

L’hygiène du logement

Avoir des animaux est salissant !! Il vous faudra nettoyer chaque jour votre logement, il est important que les enfants évoluent dans un environnement propre et sain. Rien de mieux que l’aspirateur pour éliminer les poils et éviter les allergies.

L’eau et la nourriture des animaux doivent également être mises hors de portée et hors de vue des enfants. Quoi de plus amusant que de jouer dans la gamelle d’eau et de gouter aux croquettes, hormis le risque d’étouffement avec les croquettes, votre animal pourrait mal réagir à cette intrusion.

Les animaux doivent être vaccinés, mais également vermifugés et déparasités.

Les bienfaits des animaux

Les bénéfices sont innombrables, parmi eux :

  •  la santé : selon une étude finlandaise, les enfants en contact avec des animaux sont moins sujets aux problèmes respiratoires.
  •  le développement : un animal c’est stimulant, communication, toucher, la curiosité, etc..
  •  le moral : un câlin, la joie de voir les animaux évoluer, le soutien émotionnel
  • la socialisation

La vie quotidienne avec les enfants accueillis

enfant faisant la vaisselle

En tant qu’assistante maternelle, notre métier se mêle à la vie quotidienne. Comment intégrer les petits accueillis et valoriser les taches de la vie quotidienne ? Préparer un repas, un gâteau, faire la vaisselle, récolter des légumes peuvent être des activités amusantes, plaisantes, et contribuer au développement des enfants. Pourquoi ne pas les intégrer de « façon éducative » dans un projet d’accueil ?

La vie quotidienne rythme les journées

Dans une journée, il y a forcement des tâches quotidiennes, et bien que l’on nous demande souvent de réaliser le moins de tâches de vie quotidienne avec les enfants accueillis, elles s’inscrivent pourtant parfaitement dans un accueil réfléchi.

Faire la vaisselle, préparer les repas, mettre la table, tout cela peut paraitre fastidieux, et pas vraiment épanouissant, mais pour nous, comme pour les enfants, toutes ces activités peuvent être source de plaisir et d’autonomie. En nous questionnant sur la place de ces activités et notre façon de les réaliser, notre vision des activités quotidiennes pourrait bien changer. La vision des enfants est bien différente de la notre, contrairement a nous adulte, ils sont dans l’instant présent, ils font les choses à leur rythme, et accordent de l’importance à chaque chose, nous ne voyons que le but, et accomplir la tâche. En adoptant le point de vue d’un enfant, les tâches quotidiennes prennent un nouveau sens. Et vous verrez que cela demande beaucoup de compétence, et que c’est gratifiant.

La vie quotidienne permet de marquer des repères temporels, ces actes de la vie courante, sont comme des rituels, à midi le repas, la vaisselle, ils sont important est rythme et structures la journée. Y faire participé l’enfant à sa manière, en fonction de son âge et de ces capacités c’est l’impliquer dans la vie de tous les jours et lui donner de l’importance, aider aux taches quotidiennes valorise et aide à grandir. Cela donne aussi à l’enfant une notion du temps.

Faire comme les grands

Jouer à la dinette, jouer à la marchande les jeux symboliques sont très plébiscités par les enfants de 2 ans. Ils adorent faire comme les grands. Alors, pourquoi ne pas leur proposer d’agir et non plus de jouer ?

Donner à des jeunes enfants de petites taches à accomplir en votre compagnie est une excellente activité. On sous-estime souvent les compétences et les aptitudes des jeunes enfants, ils sont pleins de ressource et de bonne volonté. Lorsque vous leur proposez de vous aider à accomplir une tâche, vous valorisez l’enfant en lui donnant de l’importance et en valorisant ses compétences. L’enfant devient acteur de sa vie pratique ainsi que de celle de la collectivité. Les gestes de la vie quotidienne demande de la coordination, de la concentration.

Lors de la rédaction de votre projet d’accueil, vous pouvez expliquer comment la participation à la vie quotidienne peut s’inclure et prendre tout son sens. Car cela permet à l’enfant de développer ses capacités psychomotrices, ses relations affectives, et cognitives.

Les taches de la vie pratique, ne sont pas des corvées, ce sont des moments d’activités ou l’ont peut partager et apprendre en prenant du plaisir, tout dépend de notre point de vue et de notre façon de les concevoir.

La période d’adaptation

bébé herbe

La période d’adaptation est indispensable avant tout accueil. C’est un temps de rencontre, et de découverte qui est nécessaire à tous, enfant, parents, mais aussi à l’assistante maternelle.Il permet à l’enfant de découvrir en douceur les personnes avec qui il va être accueilli, les lieux dans lesquels il va évoluer. Il prépare l’accueil chez l’assistante maternelle, ainsi que la séparation entre les parents et l’enfant.

Qu’est-ce qu’une période d’adaptation ?

La période d’adaptation est un temps d’accueil plus ou moins long, en fonction des besoins chacun. La période adaptation se prépare avec les parents, lors des entretiens, elle est évaluée de manière arbitraire, elle peut donc évolué en cour d’adaptation. Elle peut être plus longue si, les parents ou l’assistante maternelle estiment que l’enfant, le parent, ou l’assistante maternelle en ont besoin, ou à contrario plus courte. Un temps d’adaptation peut varié d’une à plusieurs semaines.

L’adaptation n’est pas la même suivant l’âge de l’enfant, si c’est un premier enfant, si l’enfant à déjà été mis en garde, l’anxiété, etc..

Tous les paramètres sont à prendre en considération.

Comment se passe l’adaptation ?

Généralement l’adaptation s’effectue en plusieurs temps, un ou plusieurs temps avec l’enfant ainsi que ses parents, puis des temps seulement avec l’enfant. L’accueil et l’adaptation d’un enfant sont toujours très personnels. Pensez à instaurer des rituels dès la période d’adaptation. Ils permettront à l’enfant de se rassurer et d’avoir des repères.

Le premier jour :

Le premier jour je propose aux parents de venir avec l’enfant, en générale en matinée lorsque l’enfant est bien réveillé. Je ne donne pas d’horaires précis, et laisse aux parents le soin de choisir le moment qui leur parait plus adapté. Ce premier temps est d’environ 1 heure.

Le deuxième jour :

Le second temps, je propose aux parents de venir une deuxième fois avec leur enfant en matinée. Durant cette période, les parents restent un moment avec leur enfant, puis quand ils se sentent prêts, ils s’absentent un moment. La durée d’absence est variable d’un parent à l’autre, 1/4 d’heure, 10 minutes, ou plus. Cela dépend surtout de l’état émotionnel du parent. S’il ne se sent pas prêt à s’absenter, il peut rester avec l’enfant, et se préparer à nouveau à la séparation. Il n’est pas question de se faire violence.

Le troisième jour :

Durant ce troisième temps, si la veille le parent a pu se séparer, il restera un temps plus court avec son enfant, puis s’absentera un peu plus longuement.

Le quatrième jour :

Le quatrième jour, j’augmente le temps d’accueil en y incluant un repas, ou un change. En fonction du moment de la journée et de l’âge de l’enfant.

Le cinquième jour :

Si le temps d’adaptation est court, je propose aux parents une demi-journée d’accueil. Si le temps est plus long, je propose d’inclure une sieste à l’accueil en plus d’un repas.

Le sixième jour :

À ce stade de l’adaptation, je propose soit une nouvelle demi-journée soit une journée type.

Par la suite, l’adaptation se poursuit au rythme de chacun, ou l’accueil débute.

Après chaque accueil, il est important de faire un point avec les parents, afin de savoir comment se vit pour eux la séparation, et de leur raconter comment se passe l’adaptation de leur enfant.

Ce temps permet d’ajuster les besoins d’accueil, d’affiner les horaires d’arrivée et de départ, ainsi que de prendre ses repères. Profitez-en pour poser de bonnes basses, favorisez les échanges et le dialogue.

L’adaptation c’est aussi apprendre à se séparer et savoir se retrouver. 

Les besoins de l’enfant

doigts enfant adulte

Réflexion autour des besoins de l’enfant

 

Lors de votre formation vous avez sans doute travaillé sur la pyramide de Maslow. Elle comprend 5 besoins hiérarchisés en fonction de leurs importances. Les besoins physiologiques, besoins de sécurité, besoin d’appartenance et d’amour, besoin d’estime et besoin d’accomplissement de soi. Pour pousser davantage la réflexion, pour rédiger votre projet d’accueil, ou si vous souhaitez passer votre CAP en intégralité, mieux vaut vous intéresser aux besoins selon Henderson. J’ai donc pris chaque besoin et précisé ma façon d’y répondre.

Les besoins d’un individu sont selon Henderson au nombre de 14. L’enfant a besoin de l’adulte pour répondre à ses besoins et ainsi maintenir son intégrité physique, développer sa sociabilisation et acquérir son autonomie. 

-Le besoin de respirer.

Pour répondre à ce besoin, être vigilante a la qualité de l’air de son logement, aérer donc au maximum. Privilégiez les sorties en zone rurale ou peu polluée. Lorsqu’un enfant est enrhumé, veillez à faciliter sa respiration, en étant vigilant a sa position. Le surélever au besoin pour favoriser la respiration. Effectuez un mouchage, et un nettoyage au sérum physiologique si l’ordonnance est de moins de 3 mois. 

Le besoin de boire et manger.

Préparation de repas variés et équilibrés, adaptés à l’âge et aux besoins spécifiques des enfants accueillis. Respect du rythme des repas, des heures des biberons, horaires des repas fixes. Favoriser l’autonomisation, encourager l’enfant à goûter les aliments, le laisser découvrir et manger seul dès que possible. Proposer régulièrement de l’eau à boire à l’enfant. 

Le besoin d’éliminer.

Vérifiez régulièrement l’état de la couche des enfants, et procédez au change dès que nécessaire. Proposer fréquemment aux plus grands enfants d’aller au pot ou aux toilettes, afin d’assurer un confort optimal et favoriser l’apprentissage de la propreté en autonomie.
En été avec les fortes chaleurs, s’assurer que les enfants n’ont pas trop transpiré et effectuer un change des vêtements si ceux-ci sont mouillés. 

Le besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne position.

Le nourrisson est dépendant de l’adulte quand à son positionnement, il faut donc s’assurer de son confort, et lui offrir des positions physiologiquement adaptées afin de lui permettre de mouvoir ses membres, de pouvoir se reposer dans une position confortable et que les diverses fonctions de l’organisme puissent s’effectuer correctement. Privilégiez un couchage sur un matelas ferme, un tapis d’éveil confortable et un portage physiologique. Quand l’enfant commence à se mouvoir seul, il faut lui permettre de le faire avec bien-être et en toute sécurité afin de l’encourager à acquérir davantage, et à promouvoir son développement moteur. 

Le besoin de dormir et se reposer.

L’enfant a besoin de sommeil et de repos pour avoir un développement harmonieux. Chaque enfant à des besoins qui lui sont propres, il faut les respecter et veiller à instaurer un rythme et des rituels, afin de lui permettre de se rassurer et de l’autonomiser quant à son sommeil. Coucher l’enfant dans un lit adapté à son âge. Sur le dos dans une gigoteuse pour les plus petits. Si l’enfant a un objet transitionnel, celui-ci l’accompagnera, et lui permettra de se sentir en sécurité. Un environnement calme et apaisant, propice à l’endormissement est de rigueur. 

Le besoin de se vêtir et de se dévêtir.

Les vêtements remplissent plusieurs rôles, ils nous permettent de couvrir notre corps, de nous tenir chaud, définissent aussi notre culture, etc.
On vêt et dévêt très fréquemment l’enfant, que ce soit pour maintenir sa température, pour le maintenir dans des vêtements propres, ou pour le changer. Veiller tout particulièrement à respecter sa pudeur, demander aussi aux parents à veiller au confort des vêtements, faciles à mettre, permettant à l’enfant d’être à l’aise dans des tenues adaptées, et de pouvoir s’habiller et se déshabiller seul dès que cela est possible. 

Le besoin de maintenir la température du corps dans les limites de la normale.

Comme évoqué précédemment, le jeune enfant régule mal sa température corporelle, il faut donc s’assurer de son confort thermique, température des pièces, vêtement en adéquation avec le temps et la température. En cas de fièvre,vérifier sa température à l’aide d’un thermomètre infrarouge, prévenir ces parents, dévêtir l’enfant, l’hydrater et si besoin après concertation des parents et ordonnance de moins de 3 mois lui administrer un antipyrétique adapté à sa posologie. 

Le besoin d’être propre et de protéger ses téguments.

Être attentif à l’hygiène des enfants accueillis, l’enfant évolue dans un logement propre (nettoyage quotidien des surfaces). Être attentif à ce qu’ils restent dans un état de propreté, permettant leur bien-être. Vêtements propres, couche propre, hygiène de la peau, et des muqueuses. Les enfants ont aussi besoin de faire l’expérience de se « sentir sale », pour en connaître les sensations, se les appropriées, et pouvoir ainsi apprécié d’être propre. Permettez-leur donc de se salir tout en étant vigilants à ce que cela soit dans des conditions de sécurité. 

Le besoin d’éviter les dangers.

Les dangers sont multiples, ils peuvent être d’ordre physique, psychique, ou social. Votre logement a été visité par une puéricultrice qui a vérifié que l’environnement de l’enfant était propice à sa sécurité, et que celui-ci évoluerait dans un cadre bienveillant . Restez donc alerte et surveillez constamment les enfants accueillis que ce soit à votre domicile ou lors des trajets et lieux visités avec les enfants pour éviter au maximum les accidents, et restez attentif quant à votre façon de communiqué pour être dans la positivité et la bienveillance.

Le besoin de communiquer.

À tout âge, l’être humain communique, qu’il s’agisse de communication verbale ou non verbal, elle est importante pour l’équilibre émotionnel. Elle doit être favorisée au quotidien et dans chaque geste. Laisser les enfants s’exprimer, utiliser un langage simple, clair, avec une gestuelle adéquat. Plusieurs outils sont mis à la disposition des enfants accueillis pour leur permettre de communiquer.Le « bonhomme émotion », la bouteille « retour au calme », des feuilles et crayons, des instruments de musiques, et bien sûr des imagiers, comptines, etc. pour arriver progressivement vers la parole. Tout le monde doit pouvoir s’exprimer dans le respect des autres . 

Le besoin d’agir selon ses croyances et ses valeurs.

Ce besoin est un peu différent des autres, il s’agit avant tout de respecter les valeurs et croyances des parents, car celui-ci les transmet à l’enfant. Et de respecter aussi ses propres croyances et valeurs! C’est donc une étape importante réalisée en amont de l’accueil de l’enfant, cela doit être discuté avec les parents, et très souvent rediscuté notamment pour être en adéquation avec les valeurs éducatives, et culturelles. Votre projet d’accueil est souvent un bon point de départ, c’est une base sur laquelle discuter et transmettre. Toutes les croyances sont les bienvenues (dans la mesure où elles ne mettent pas en danger le,ou, les enfants accueillis) elles permettent un enrichissement, une tolérance et un respect de l’autre. 

 

Le besoin de s’occuper en vue de se réaliser.

Chaque acte du quotidien doit être réalisé en conscience, toutes les petites choses peuvent permettre à un épanouissement. Proposer un panel d’activités extrêmement variées, et demander aussi aux enfants d’en proposer. Activité physique, manuelle, expression corporelle, participation aux tâches de la vie quotidienne. Elles doivent être valorisantes et valorisées, notamment les activités de la vie quotidienne. Les activités permettent à l’enfant d’exprimer son potentiel, de s’autonomiser, et bien sûr de se divertir. 

Le besoin de se divertir et de se recréer.

Faire des activités plaisantes produit des émotions agréables, qui participe a l’équilibre émotionnel. Les temps de jeux libres sont d’autant plus propices que l’enfant choisit ce qu’il veut faire, ou s’il ne veut rien faire. Ils lui permettent de faire des choix, de s’autonomiser en allant chercher le jeu qui l’intéresse, en le mettant en place, et demandant de l’aide s’il en a besoin. Durant les temps libres, laissez les enfants être acteur de leur loisir tout en étant à leur disposition si besoin. 

Le besoin d’apprendre.

L’enfant apprend constamment, il est en demande de réponse, d’exemple, etc. l’adulte se doit de répondre favorablement à ce besoin d’apprendre. Il doit susciter la curiosité naturelle de l’enfant, pour l’amener à expérimenter et à tirer des apprentissages de ses expérimentations. Je vois l’enfant comme le petit prince de Saint-Exupéry qui fait un voyage au cours duquel il va faire des rencontres, des découvertes, des tests et tirer des conclusions de ces expériences. Ce qui lui permettra d’apprendre, de grandir, de se découvrir, et de se réaliser.

Projet d’accueil

main enfant adulte

Le Projet d’accueil, appeler aussi projet pédagogique, ou projet éducatif 

Qu’est-ce qu’un projet d’accueil ?

Un projet d’accueil est un support de travail, il est le reflet de vos valeurs et de votre personnalité. C’est une réflexion sur votre travail et sur ce que vous avez envie de partager. C’est aussi un gage de qualité et de professionnalisme. 

Le projet d’accueil comme support de travail 

Votre projet d’accueil est un support écrit, il contient vos réflexions sur votre métier ainsi que vos réflexions en termes d’accueil et d’éducation il est garant de vos valeurs. C’est un support qui évolue au fil de votre carrière. En effet, celui-ci évoluera en fonction de vos formations, et de votre expérience. C’est une réflexion fondamentale, car il vous permettra de dégager vos grands axes éducatifs, de mettre en avant vos valeurs et compétences, il sera également un support lors de vos rencontres avec les parents. Il est en effet beaucoup plus évident de savoir répondre aux questions que peuvent vous poser les parents lorsque vous-même avez réfléchi à votre accueil. Remettez ce document lors de vos premiers entretiens avec les parents, cela leur permettra ainsi de mieux vous connaître, et de pouvoir vous poser des questions plus pertinentes sur le futur accueil de leur enfant. C’est un document qui vous permettra une bonne communication, le parent, et vous, pouvant vous y référer. 

Votre projet est personnel, il est important qu’il vous ressemble et soit en accord avec vous même. Votre personnalité doit transparaître. Car au-delà de vos compétences professionnelles, votre personne elle-même est importante. Notre métier est un métier humain, relationnel, ou le ressenti est important. Les parents vont vous confier leur enfant, il vous le confit à vous, ils vous ont choisi pour de multiples raisons, mais surtout, car ils vous font confiance.

Rédiger votre projet 

Prenez le temps et posez-vous des questions. 

_ Quel est mon rôle en tant qu’assistante maternelle ?

Quelles sont mes valeurs ? Aussi bien humaines, qu’éducatives.

_quelles sont mes points forts, mes compétences ?

_Qu’est ce que je souhaite transmettre ?

_Comment j’envisage mon accueil, mon organisation ?

Présentez-vous, les parents ont besoin de savoir qui vous êtes, quel a été votre parcours, pourquoi vous faites ce métier. Vous devez créer du lien. 

Mettrez des photos de votre logement, des photos d’activité que vous avez réalisée avec les enfants accueillis.

Rendez votre projet vivant, donner aux parents l’envie de le lire. 

Parce qu’un exemple est toujours plus parlant, voilà à quoi peut ressembler un projet d’accueil

voici un exemple de projet d’accueil

Je m’appelle Emeline, j’ai 36 ans, je suis maman de 3 enfants. Je suis assistante maternelle agréée depuis 2014. 

Il m’a fallu du temps avant de faire une demande d’agrément, être assistante maternelle était mon choix, mais allait aussi devenir celui de ma famille. Accueillir des enfants à mon domicile impliquait selon moi un projet familial. Il me fallait donc l’adhésion complète de mon mari et de mes enfants au projet, qu’ils soient partie prenante. 

Ma formation

Je suis titulaire d’un baccalauréat littérature et théâtre, ainsi que les matières professionnelles du CAP petite enfance (matière générale en cours) .J’ai un BAFA et j’ai travaillé en centre de loisirs avec et sans hébergement. J’ai aussi travaillé au sein de CEMEA (centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active) comme formatrice BAFA. 

Mon logement 

C’est une maison avec jardin, située au fond d’une impasse. 

Ce logement a été visité par une auxiliaire puéricultrice de PMI, il répond aux critères de sécurité présents dans le référentiel de PMI. 

Mon rôle 

Accueillir votre enfant, dans une cohérence éducative, en respectant vos valeurs, vos croyances, ainsi que les miennes. 

Participer au développement de votre enfant en fonction de son rythme et de ses besoins. 

Mes valeurs 

Je prône une éducation positive et bienveillante. Axée sur l’enfant. C’est une éducation qui s’adresse à tous et en tous les instants. 

L’expérience personnelle est un facteur indispensable au développement de la personnalité, l’activité est essentielle à la construction personnelle. 

L’enfant est acteur de son développement. 

Adaptation

Avant de commencer l’accueil à proprement parler, il faudra effectuer une période d’adaptation. Cette période est nécessaire à tous. À l’enfant pour lui permettre petit à petit de se séparer, et de prendre connaissance du nouvel environnement dans lequel il va évoluer (nouvelles personnes, nouveau logement, etc.). À vous parents, pour faire une transition douce et vous séparer de votre enfant pour la journée. Et à moi, pour accueillir votre enfant en douceur et apprendre à faire connaissance avec lui. 

C’est une phase progressive et adaptée à l’enfant et aux parents.
Elle constitue tout d’abord une rencontre pendant un temps très court avec l’enfant et ses parents. Puis quand tout le monde se sent prêt, on organise un petit moment avec l’enfant seul, et progressivement à son rythme et au votre, le temps de présence se rallongera et nous influerons un repas, une sieste.. 

La durée du temps d’adaptation est variable d’un couple parent enfant à l’autre. Je n’impose pas de durée précise, il faut que tout le monde se sente prêt et sécure pour pouvoir envisager un accueil au quotidien. 

Au quotidien 

L’accueil au quotidien est un moment d’échange. Je vous accueille avec votre enfant, c’est un moment de dialogue, si vous avez des questions ou recommandations pour la journée, c’est le moment propice. C’est le temps du rituel de départ, bisous, câlins, mots rassurants et de l » au revoir » . Je mets aussi en place des rituels. (Déposer les affaires, découvrir les jeux préparés pour l’accueil…) 

Au cours de la journée, je fais en sorte que vous soyez présent en rappelant à votre enfant que vous pensez à lui, etc. 

Durant l’accueil 

-le jeu et l’éveil 

Les activités proposées sont adaptées à l’âge et au développement de votre enfant. 

Le jeu est pour l’enfant une activité essentielle à son équilibre et à son développement. 

Pour les bébés, un coin jeu sur un tapis d’éveil soit au sol, soit dans le parc. Jouets variés en forme, couleur, textures, sons, pour éveiller ses sens. 

Pour les plus grands,
Jeux de manipulations divers, sables, pâtes à modeler…. Jeux symboliques, poupée, bricolage, dînette ….
Jeux de construction, Lego, kapla…
Jeux de société
Activités motrices 

Pour tous, comptines, lectures, chanson et bien d’autres 

Sortie, promenade 

J’organise des sorties; aller à la bibliothèque, au parc, à la ferme( cueillette des légumes qui entreront dans la préparation des repas) et autre. Le tout avec votre accord. 

Le sommeil 

L’enfant a besoin de repos et de sommeil. Je couche les enfants dans un lit adapté à leur âge. Pour les bébés sur le dos dans une gigoteuse. Je veille à respecter ses rituels, histoires, chansons, doudou …
Je lève l’enfant dès qu’il en exprime le désir, s’il ne veut pas dormir, il aura un temps de repos au calme. 

Les repas 

Fournis par les parents quand il s’agit des biberons.
Lors de la diversification alimentaire, il est préférable que vous fournissiez les préparations. 

En général dès que l’enfant a environ 12 ou 18 mois, il est plus simple que l’enfant prenne les repas que j’ai préparés. À cet âge, ils aiment manger  » comme les autres ». 

Je prépare des repas diversifiés et équilibrés. Je veille à l’équilibre alimentaire et à l’éveil du goût. Je choisis des produits frais, marché ou direct producteurs, de préférence AB ou en culture raisonnée. 

Je ne force jamais un enfant à manger, mais l’encourage à goûter. 

Le repas est un moment convivial où tout le monde contribue, mise de la table, confection des repas… 

L’enfant est acteur de son alimentation 

Hygiène

Je veille à la propreté des locaux et des équipements. Au respect des règles d’hygiène. Le linge de lit, gant de toilette. La serviette est propre à chaque enfant. 

Le change

Le change est un moment de bien être, c’est un moment privilégié. Je lave votre enfant avec un gant de toilette et du savon. Du liniment peut être utilisé si besoin, et avec votre accord .Les couches lavables sont les bienvenues. 

L’apprentissage de la propreté se fait dès que votre enfant se sent prêt. 

Médication et maladie 

En cas de maladie, je n’administre des médicaments que lorsqu’ils sont prescrits par un médecin et avec copie de l’ordonnance. 

Certaines maladies sont soumises à éviction.
Les gastro-entérites étant extrêmement contagieuses, je peux refuser d’accueillir votre enfant afin de limiter les foyers infectieux. 

Pour la médication courante, crème pour le change, crème solaire, antipyrétique, etc. Ils doivent être accompagnés d’une ordonnance de moins de 3 mois. 

En conclusion, pour un accueil de qualité, la confiance et la communication sont primordiales.